Les meilleurs thés sont cultivés en altitude

Rédigé par Aurelien publié le - Dernière mise à jour le
thé darjeeling

Comme vous êtes un amateur (une amatrice) de thé, je ne doute pas que vous avez déjà entendu cela.

Les meilleurs thés sont cultivés en altitude.

Savez vous pourquoi le thé est particulièrement meilleur, plus fin, plus raffiné en altitude ?

C’est une raison à la fois simple et pourtant, il fallait y penser.

Le thé est bien plus tendre quand il provient d’une haute terre car il y a beaucoup plus de passage brumeux, de périodes dans le brouillard, d’où une bonne hydratation des feuilles de thés, mais pas seulement.

Le soleil y est également meilleur. Plus chaud, plus vif, mais avec l’humidité ambiante et régulière, la feuille ne brule pas.

Vous pouvez le vérifier vous même en allant à la plage. Vous restez l’après midi au soleil, sans hydratation, Vous êtes malade et rouge écrevisse, alors qu’en haut d’une montagne, Vous avez moins chaud, vous êtes moins « cramé ».

Pour les feuilles de thés, c’est la même chose. Voilà pourquoi les thés de la région du Darjeeling sont parmi les meilleurs. On les trouve entre 1000 et 2600 mètres d’altitude. Ce thé est soumis à des notations à découvrir sur ce lien.

Pourquoi l’altitude améliore la qualité du thé ?

  • Les thés produits au delà de 1500 mètres profitent d’un climat plus propice à la qualité qu’à la quantité.
  • Le soleil est de meilleure qualité pour les feuilles de camelia sinensis. Passé 1500 mètres, les rayons solaires ne brûlent pas les feuilles, ils permettent la croissance dans les meilleures conditions pour que la chlorophylle et les autres propriétés des feuilles soient présentes.
  • L’humidité ambiante est constante est de meilleure qualité. Loin des villes, de la pollution, des changements quotidiens de météo, les feuilles de théiers peuvent pousser tranquillement en recevant juste ce qu’il faut d’humidité, sans subir les agressions de la pollution.
  • Moins de parasite en hauteur. Plus on grimpe, moins les parasites sont présents, cela vaut pour les humains, et encore plus pour les jeunes pousses de feuilles. Autrement dit, même sans se forcer, les feuilles fournissent du thé bio. (Moins de parasites, moins de pollution, donc moins besoin de traiter)

source :https://fr.wikipedia.org/wiki/Darjeeling_%28th%C3%A9%29

 

Si vous cherchez le meilleur thé en vrac, optez pour ceux avec du Darjeeling

Il ne suffit pas de « vouloir » un thé pour maigrir ou un pour lutter contre l’acné, ou autre bénéfice possible. Le meilleur…oui, mais dans quelle catégorie. Si c’est pour le goût ET l’ensemble des bienfaits, pas de secret : Darjeeling. La récolte du thé se fait manuellement, à la main ou à l’aide d’un sécateur spécialisé auquel est fixé un panier de collecte.

Les variétés cultivées (juste un peu) plus bas en altitude sont toutes aussi intéressantes pour les bienfaits globaux grâce à leurs feuilles de camelia sinensis. Là où ça devient compliqué, c’est toutes les productions qui sont réalisées en basse altitude, car la pollution et les parasites sont présents, ainsi que l’activité humaine. De ce fait, il faut traiter les plants, travailler plus dur pour obtenir un bon résultat. C’est pour cela que les produits bio sont plus onéreux (entre autres).

Cela étant précisé, il faut aussi aborder un autre point : le contenu des feuilles de thé

Les feuilles de camélia sinensis servent à réaliser toutes les variétés de thé. Ce n’est qu’à partir de cette opération que l’on peut différencier le produit (vert, noir, blanc, oolong, pu erh…). Ca va, vous arrivez à suivre ?

Dans le cas du thé Oolong, la cueillette manuelle est essentielle pour éviter que les feuilles ne soient meurtries avant le traitement.

  • Les feuilles récoltées sont séchées. La fermentation commence à se mettre en place. La torréfaction va bientôt suivre pour certaines variétés/couleurs.
  • Une fois à l’usine, les feuilles sont rapidement pesées et étalées sur de grandes toiles blanches posées sur le sol.
  • Les feuilles sont laissées à sécher au soleil pour se flétrir, ce qui peut éliminer jusqu’à 50 %, voire 60 %, de leur teneur en eau.
  • En fonction de la finesse de l’étalement des feuilles et du type de thé souhaité, le séchage peut prendre en 12 et 18 heures (plus le flétrissage est long, plus la liqueur du thé est sombre).
  • Le séchage, ou la cuisson, est nécessaire pour aider à « fixer » le processus d’oxydation, passant progressivement de 50°C à 90°C.
    Au lieu de la « simple cuisson », certaines feuilles sont envoyées au roulage afin d’enfermer toutes les vertus au coeur des feuilles. C’est ainsi qu’est fabriqué le Gunpowder.

A partir de là, il ne reste plus qu’à trier et mettre en sac. C’est ainsi que les couleurs de thés arrivent chez les grossistes avec toutes leurs vertus et arômes. Il ne reste plus qu’à les infuser dans nos tasses.

Grâce à cela, les feuilles de thé (vert, noir, blanc…) ont au final plus ou moins d’antioxydants et de chlorophylle (et donc flavonoïdes, polyphénols, vitamines, minéraux…). Ce qu’il faut donc comprendre à travers cela, c’est que peu importe la couleur du futur breuvage que vous allez consommer, son taux en antioxydants etc. sera sensiblement identique. Le points essentiel qui va permettre de dire tel thé est meilleur pour le régime, c’est la composition du mélange ( accompagné de gingembre, de citron par exemple). Il n’y en a que 1 ou 2 qui sortent vraiment du lot pour la boisson minceur (voir ici).

Les mélanges avec les bourgeons, les agrumes, les fruits, les herbes et plantes… ne sont faits qu’après s’être occupé de préparer les feuilles de camelia sinensis.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.